Sélection VO de la semaine du 28 juin 2017

Supergirl : Being Super #4, de Mariko Tamaki et Joelle Jones.

C’est la fin de cette mini-série et qu’en dire, sinon que ça aura été une réussite ? Faisant l’économie d’artifices super-héroïques, l’auteure conte surtout l’aventure d’une ado qui ne trouve pas sa place dans le monde, quête personnelle rendue compliquée par les super-pouvoirs et les ennuis de la vie.

Et si vous pensez avoir déjà lu ça plein de fois, vous vous trompez lourdement ! La sensibilité dans l’écriture de Mariko Tamaki, toujours dans l’introspection plutôt que dans la démonstration prouve le talent d’une scénariste qui aime profondément ce personnage ainsi que les relations qui l’entoure. Elle a su moderniser Supergirl en s’écartant suffisamment de la série TV et de ce qui a pu être écrit sur le personnage depuis plusieurs années. Elle évite aussi de recopier ce que Max Landis avait fait avec American Alien, se plaçant sur quelque chose de beaucoup plus réduit, renforçant l’intimisme de l’aventure. Kara est véritablement attachante parce que, comme son cousin, elle veut avant tout vivre une vie ordinaire, sans faire de remous. La problématique, c’est qu’elle est encore jeune et ne sait pas vraiment de quoi elle est capable, ce qui va la pousser à faire des erreurs. Et c’est peut-être là le regret qu’on peut avoir, la série gère finalement assez mal la partie super-héroïque pure.

Joelle Jones sublime encore une fois le numéro de son empreinte visuelle si reconnaissable. C’est là aussi plein de sensibilité, ça n’en fait jamais des tonnes et c’est forcément très agréable à lire.

Batman/Elmer Fudd Special, par Tom King et Lee Weeks.

Si on m’avait dit que j’apprécierai énormément un numéro crossover Looney Tunes/DC Comics !

Surprise, c’est excellent : Tom King donne une empreinte film noir au récit, bien aidé par Lee Weeks pour cela et ça correspond tellement aux personnages Looney Tunes que cela se fait sans aucun accroc. C’est un bel hommage à l’esprit détective de Batman ainsi qu’à l’aspect limier d’Elmer Fudd.

Je préfère ne pas trop en dire pour ne pas gâcher la surprise mais sachez que c’est un beau comics.

Wonder Woman #25, par Greg Rucka, Liam Sharp et Bilquis Evely.

Et voilà la conclusion du run de Greg Rucka ! Autant le dire tout de suite, le titre du numéro parait légèrement prétentieux (Perfect, autrement dit, parfait), surtout à la vue de la qualité moindre du numéro.

Au lieu de clairement terminer les pistes jusqu’ici laisser en suspens, l’auteur préfère se concentrer sur le personnage de Diana, totalement hors de contrôle au début du numéro et qui revient peu à peu à ses valeurs. C’est un résumé très accéléré du travail accompli pendant 25 numéros et même si c’est intéressant, c’est quelque peu décevant puisqu’on sent l’auteur en proie à la lassitude de ne pas boucler son histoire. Du coup, beaucoup de choses sont laissées en plan pour les futurs auteurs.

Fort heureusement, rien n’est raté puisque Rucka maîtrise le personnage à la perfection, ainsi que le monde dans lequel elle existe. Il achève de reposer les bases sur lesquels doit se reconstruire cet univers. C’est juste dommage d’achever un run sur quelque chose d’aussi classique alors que la fin du précédent numéro nous promettait une conclusion épique.

Dans le reste des sorties, Secret Empire #5 continue et c’est toujours autant fouillis, chaotique. On sent la bonne volonté de Nick Spencer et son ambition, sauf qu’elle est clairement démesurée et chacun des arcs est inégal au possible. Si Natasha est intéressante à suivre, l’équipe principale m’ennuie profondément dans cette intrigue de MacGuffin classique et pas très palpitante… Et le reste des équipes n’est pas évoqué…

Black Panther #15 continue et Ta-Nehesi Coates a du mal à rebondir après un premier arc magistral. L’intrigue manque d’intérêt. On sent que quelque chose doit être reconstruit mais que l’auteur ne sait pas réellement comment y arriver. D’autant plus que les dessins ne sont vraiment pas très bons. Par contre, les dernières pages annoncent un changement de propos et le retour apparemment durable d’une relation importante dans la vie de T’Challa.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s