La sélection grincheuse VO de la semaine du 17 mai 2017.

Bouya !

Voilà une belle référence pour commencer cette sélection VO, n’est-il pas ?

Batman #23, de Tom King et Mitch Gerads.

Voici un numéro comme les affectionne Tom King, permettant de faire le point sur la situation psychologique du personnage après l’arc. Et que dire à part que Bruce nous apparait profondément démoli après sa confrontation très violente avec Bane. Il va se retrouver ici à faire équipe avec Swamp Thing, personnage aussi grincheux que lui (et moi !), ils vont se retrouver à faire équipe pour un crime sordide. En très peu de pages, les fractures intérieures de nos deux héros vont se révéler au grand jour. Leur propre solitude les affectant d’une façon quasi identique mais son expression se révélant diamétralement opposée.

Les dessins de Mitch Gerads accompagnent le script et le déroule dans des séquences toujours plus découpées, enrobées par une mise en scène rendant hommage aux films de monstres des années 50, grâce à des intertitres de toute beauté.

Comme d’habitude, les numéros inter-arcs sont d’une grande qualité. Il reste désormais à connaître les conséquences réelles sur le Bat-univers des 20 numéros précédents et du crossover The Button, dont on reparle plus bas.

Supersons #4, par Peter Tomasi et Jorge Jimenez.

On ne le dira jamais assez mais Tomasi est l’un des rares auteurs qui sache doser Damian Wayne, entre le côté insupportable et l’aspect le plus adorable de sa personnalité. Ici, les choses sont grossies pour aller de pair avec Jon, qui est un Superman inexpérimenté mais qui veut bien faire. Tous les deux sont des gosses qui veulent montrer à leurs parents qu’ils sont capables de grandes choses, à condition de les laisser faire. Le problème, c’est qu’ils ne maitrisent pas grand-chose et il va être grand temps que Damian le comprenne. Peut-être que cette série marquera une nouvelle étape dans son évolution. En tous les cas, entre son duo avec Jon, et l’équipe des Teen Titans qu’il mène, Damian ne peut plus se permettre d’agir comme un loup solitaire, en maintenant tout le monde dans l’ombre.

En parlant des Teen Titans, c’est peut-être là un des avantages de Supersons, Damian ne vampirise pas le numéro, ni par ses punchlines ou ses plans. Jon est aussi la vedette de la série et cela, Tomasi ne l’oublie jamais, leur offrant à chacun des moments de bravoure. Il est encore une fois bien aidé par Jorge Jimenez dont la mise en page est d’une folie et d’une ingéniosité de chaque instant, ne servant qu’un objectif : mettre en valeur des personnages dont le fun et le charisme n’est plus à démontrer. La série continue de se maintenir loin au-dessus de la mêlée et confirme toujours plus son statut de valeur sûre de Rebirth.

The Mighty Thor #19, de Jason Aaron et Russel Dauterman.

Fin de l’arc dans un déluge d’explosions et de gros coups de marteau, Jason Aaron en profite surtout pour approfondir le danger dans lequel Jane se plonge toujours plus en devenant Thor. Elle pense qu’elle n’a plus rien à perdre mais peut-être a-t-elle tort ? L’auteur en profite également pour faire revenir Odinson, désormais clairement établi dans un nouveau rôle et nous tease un nouveau Thor, étroitement lié aux évènements de la mini-série « The Unworthy Thor ».

Sous la plume du scénariste, les choses ne restent jamais statiques très longtemps, que ce soit au premier ou au second plan, voire même en arrière-garde totale. Toute est en perpétuelle évolution et les graines semées depuis quelques années maintenant vont certainement devenir de bien belles pousses, très prochainement.

Du côté artistique, la série est toujours la démonstration du talent de Russell Dauterman, toujours plus dynamique et dingue dans ses compositions de pages, il est indéniablement l’une des plus belles découvertes de ces dernières années avec Mikel Janin.

The Button #1-4, par Tom King, Joshua Williamson, Jason Fabok et Howard Porter.

Dans les sorties de la semaine, on a le droit à la conclusion du crossover entre Batman et Flash, à savoir « The Button ». Alors, on ne va pas y aller par quatre chemins, c’est décevant. Finalement, on a le sentiment de lire une introduction pour « Doomsday Clock », la prochaine étape dans l’intrigue de Rebirth. Au final, les lecteurs les plus assidus n’apprendront rien du tout mais n’auront que de simples confirmations de ce qu’ils avaient compris depuis un an. Reste que les dessins de Jason Fabok et Howard Porter sont vraiment sublimes, l’un rendant de somptueux hommages à Dave Gibbons et l’autre proposant des séquences à la puissance émotionnelle forte.

Reste que l’intrigue semble vouloir poser des évolutions chez Batman qui se questionne désormais sur le sens de sa quête après une certaine rencontre. Cela trouve une résonnance particulière au sein du run de Tom King et c’est peut-être la plus grande réussite du crossover. En effet, le crossover n’empiète jamais sur les plates-bandes des auteurs en détruisant ou en introduisant au forceps des idées dont on n’avait jamais entendu parler. Joshua Williamson va nous reparler de Reverse-Flash, c’est une certitude et l’intrigue Rebirth va peut-être continuer à avancer de façon diffuse dans cette série. Reste que le propre de cette intrigue est d’être soumise au bon vouloir de son méchant et que les réponses complètes arriveront certainement en même temps que lui. En novembre ou un peu avant, wait and see…

Il est juste dommage que deux auteurs aussi talentueux de DC aient finalement délivré une intrigue aussi simple et simpliste qui voient si peu de choses se dérouler. Mais le talent des grands auteurs se trouvent dans l’importance qu’ils peuvent donner aux détails et de ce côté, on est servi puisque l’impact émotionnel est grand, les deux derniers numéros étant réellement chargé de ce côté-là.

Semi-déception donc pour ce crossover dont j’attendais certainement trop.

Dans le reste des sorties, on retiendra Secret Empire #2, non pas que le numéro soit franchement extraordinaire mais Nick Spencer montre une ambition qui fait du bien. Mais j’ai peur que cette ambition lui porte préjudice, l’empêchant de raconter une histoire aussi massive qu’il le souhaite. Le numéro semble ne servir que d’introductions géantes à tous les tie-ins qui vont arriver dans les prochaines semaines et qui ne seront pas écrits par lui. De plus, les personnages semblent aller dans des directions assez étranges, comme Hawkeye ou Black Widow. Reste les dessins d’Andrea Sorrentino qui, même s’il a tendance à dessiner les personnages masculins de façon identique, est toujours aussi fort pour la composition des pages même si cette double-page est vraiment ignoble. J’avoue que c’est drôle de voir Oliver Queen chez Marvel, quand même !

Egalement, dans les bonnes sorties de la semaine, on a The Wicked + The Divine – 455 AD, deuxième numéro hors-série pour la série la plus pop et la plus folle de Image Comics ! Ici, l’équipe nous propose de revisiter le règne de Jules César et nous raconter son histoire façon WicDiv. C’est donc évidemment proche du délire le plus total et Kieron Gillen ose beaucoup de choses en montrant des séquences franchement très gores et pourtant complètement décalées, provoquant un humour grinçant et cynique qui semble aller de pair avec l’esprit de certaines grandes fresques du péplum à la Caligula, par exemple.

Enfin, il y a aussi Green Arrow #23 pour un numéro toujours aussi excellemment écrit et illustré ! On retrouve Roy et Emiko qui s’envoient des fions et c’est très cool alors que l’archer vert fonce en avant après les révélations sur son père et la dispute qui a conclu le numéro précédent. Certaines pages sont réellement superbes, notamment les trois dernières, offrant toute la maitrise de l’art séquentiel de Juan Ferreyra ! Une autre valeur sûre de l’opération Rebirth, assurément !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s