La sélection grincheuse de la semaine du 8 mars 2017.

Pas grand chose de réellement percutant cette semaine mais on retient tout de même deux petits coups de cœur !

Red Hood & the Outlaws #7, par Scott Lobdell et Kenneth Rocafort.

C’est le retour du duo maboul qui avait inauguré avec fortes controverses la série sous l’ère des New 52. Je ne suis pas un fin connaisseur de la série mais quelqu’un que je connais très bien a toujours aimé ce que Scott Lobdell a proposé, notamment sur le personnage de Jason. En tous les cas, je trouve cette série très plaisante, mêlant habilement un esprit bas du front avec une caractérisation excellente des personnages.

On retrouve ici Jason et Artemis dans un bar, au milieu de quelques shots et de quelques blagues à la Jason, l’Amazone va nous en apprendre un peu plus sur son passé et sa relation avec Wonder Woman. Si Greg Rucka met un sacré coup de balai dans la continuité de cette dernière, ici, Lobdell s’amuse à réinventer les origines de la rouquine badass. C’est très fun et ça annonce de belles choses pour la suite de la série car la relation entre Jason et Artemis est vraiment bien écrite, très buddy-movie dans l’esprit, entre punchlines et relation amitié-rivalité. Et à noter les dessins de Kenneth Rocafort, qui sauf sur une planche, est vraiment excellent. Je n’ai jamais été un grand fan de son trait mais force est de reconnaître que depuis son passage chez Marvel, sur la série Ultimates, son dessin s’est affiné et qu’il est plus agréable à l’œil.

The Wicked + The Divine #27, par Kieron Gillen, Jamie McKelvie et Matt Wilson.

Le trio infernal continue son œuvre sur les dieux pop-stars (ou l’inverse ?) et le nouvel arc est d’une imagination infinie, à la fois dans la narration complètement folle et les pages qui suivent le rythme sans discontinuer.

Pourtant, le script de ce numéro est complexe à mettre en page puisqu’elle se base sur trois groupes de personnages avançant chacun à leur rythme alors que la nouvelle menace se précise et s’intensifie. Je ne vais pas trop en dire, seulement, la série se confirme comme l’une des meilleures de la scène indépendante (ex-aequo avec Saga, Descender et Black Science). Le trio lui est certainement ce que les comics nous ont proposé de meilleur. D’ailleurs, si vous n’avez pas lu Young Avengers (la série qui les a révélés), foncez, Panini Comics a ressorti la série en intégrale le mois dernier.

Sinon, je retiendrai également Action Comics #975 qui continue le crossover Superman Reborn et nous apporte une réponse très bien mise en scène par Dan Jurgens et Doug Manhke, à noter un back-up par Paul Dini qui explore les ramifications de la révélation. Egalement, Captain America : Steve Rogers #13 qui, après 11 numéros et demi chiants parvient à sortir de sa narration lourde, sur-dialoguées, sur-expliquée pour offrir (enfin) quelque chose de fluide et agréable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s