Suicide Squad

Ah, enfin, il est sorti après des années d’attente !

Non en vrai, je m’en foutais total du film !

J’aime pas la Suicide Squad en comics, les récentes incarnations ne sont pas de grandes réussites. Bref, j’étais pas spécialement excité, d’autant plus que David Ayer ne m’a jamais tellement convaincu en tant que scénariste/ réalisateur. Pourtant, j’ai pas trouvé le film nul à chier, comme on peut le lire un peu partout.

Evidemment, tout n’est pas réussi, loin de là mais il y a, en germes, un film intéressant qui pointe le bout de son nez.

 

Le montage de l’horreur.

La première demi-heure a été un supplice. Pas à cause du scénario mais à cause des effets de style balancés à tout va jusqu’à l’écoeurement. On se retrouve avec des vidéos de présentation qu’on croirait sorties d’une vidéo YouTube. Mais pour ajouter du kewl parce qu’on est chébran chez Warner, y a des effets fluos, des infos futiles mais déliros !!!

Pitié !!!

Et à ce moment-là, tu comprends que c’est pas du tout ce qu’Ayer avait prévu de base malgré ce qu’il dit. Ça parait tellement à côté de la plaque dans le film !

Et c’est là que tu lis l’article de The Hollywood Reporter (traduit ici) et que tu comprends tout. Forcément, Warner a flippé quand ils ont vu les réactions face à BvS, sauf qu’ils n’ont pas compris les griefs à l’encontre du film. Le vrai problème, c’est pas le manque d’humour, c’est l’écriture des persos et le montage cinéma, absolument atroce. Du coup, les gars font quoi ? Ils organisent des reshoots pour rajouter de l’humour parce que la première version était trop sombre. Apparemment, les remontages du film auraient été incessants et ça se sent ! Certaines scènes n’ont rien à foutre dans le film (la séquence du sac à main, placé là, sans savoir pourquoi), d’autres sentent le reshoot à l’arrache (certains plans où Will Smith parle à un mur). Et c’est le cœur des problèmes du film. En filigrane, on a de jolies choses, des séquences très belles et d’autres dégueulasses parce que retouchées (je pense). Le montage fait que le scénario n’a que peu de sens. Le personnage de Cara Delevigne peine vraiment à exister. Mais le pire, c’est le Joker. Difficile de juger le potentiel de Jared Leto quand on ne le voit que dix minutes. Je n’aime pas beaucoup son apparence, trop bling-bling, mais le travail d’acteur semble énorme. Simplement, si comme les rumeurs l’indiquent là aussi, il avait un temps de présence supérieure de 20 minutes dans le film, forcément, on a un bout qui manque pour jauger la prestation. Egalement, son apparition dans le récit semble souvent se faire en deux ex machina, arrivant juste quand il le faut pour faire chier et disparaissant comme ça, sans plus d’infos (alors qu’on aurait dû le revoir si vous regardez bien la troisième bande annonce).

Toujours pour parler du montage, pas mal de séquences qui s’annonçaient bien sympas dans les trailers ne sont pas présentes ici. Certaines du Joker ; la séquence du bar qui se fait tronçonner la gueule (alors que c’est l’une des meilleures séquences du film où son plein potentiel s’entraperçoit) et puis plein d’autres qui semblaient avoir une autre tenue à l’origine.

Et pourtant, le film m’a souvent paru sympathique. Je ne peux pas dire que j’ai aimé, j’ai trouvé ça moyen, tout au plus. Reste que le film a certaines qualités. Son casting déjà. Margot Robbie, déjà, excellente en Harley Quinn (faites l’impasse sur son doublage VF, vrai supplice), jouant extrêmement bien ce personnage toujours sur la corde raide, imitant parfaitement sa gestuelle et ses mimiques. Jai Courtney cabotine comme un sac mais quand on joue un type comme Captain Boomerang, il vaut mieux, le personnage étant bien ridicule sinon. Viola Davis est véritablement une merveille, diabolique comme il le faut pour incarner cette salope d’Amanda Waller ! Will Smith fait du Will Smith mais le fait bien. Simplement, le montage cinéma le met trop en avant, là où la version de base semblait ne pas le mettre autant en avant. Et il en va de même pour le reste des acteurs, à l’aise dans leur rôle, sauf Cara Delevigne et Joël Kinnaman qui font vraiment tiep, les deux étant fades et ne dégageant rien.

Et des qualités, il y en a d’autres, des références à l’univers DC, peu nombreuses mais bien amenées (les deux caméos sont cools). Surtout, beaucoup de blagues fonctionnent, le perso de Boomerang est totalement débile mais il fonctionne et la caractérisation de la majorité des membres marchent. On ressent surtout beaucoup d’affect pour El Diablo, véritable perso secondaire mais qui bénéficie d’une vraie belle scène. Dans le même ordre d’idée, la séquence origine d’Harley Quinn est sublime, de même que quelques plans entre elle et Joker. Problème, l’ensemble de ces qualités ne suffisent pas à compenser le montage merdique du film, véritable plaie d’un film au capital sympathie indéniable (imho).

 

Le DCEU : un univers sans personne à sa tête.

C’est bien le problème des deux films précédents. Personne ne semble avoir une idée de la direction à donner à cet univers. Les mecs vont au gré du vent. Kevin Tsujihara (PDG de Warner) se sentant blessé par la destruction critique du film veut tout modifier ! On va balancer de la vanne à la Marvel Studios, ça adoucira le cœur des gens ! Tu parles d’une connerie !

En fait, le problème, c’est que des producteurs comme Charles Roven (un pur financier) sont à la tête de films dont ils ne comprennent pas les enjeux et surtout les attentes. On se retrouve alors avec un Suicide Squad dépourvu de direction, de cohésion et de sens.

Chez Marvel Studios, un mec comme Kevin Feige est fan de comics, il connait les personnages et les attentes qu’ils génèrent. Chez Warner, il n’y a pas une telle personne. Enfin, il n’y avait. Maintenant, la structure englobant les films a été modifiée et se nomme DC Movies, avec à sa codirection Geoff Johns. Au moins, y a quelqu’un qui s’y connait en comics et qui peut apporter un regard neuf sur la direction des films DC. En plus, il a écrit le scénario de Wonder Woman (#Ibelieve). Y a plus qu’à espérer que suite à l’accueil bien tiède de Suicide Squad, les dirigeants de la Warner ne privent pas Patty Jenkins du montage définitif.

Maintenant, j’attends la déglingue de tous les débilos en mode “les films DC se font basher”, “meuh, les critiques, c’est des méchants, ils comprennent rien”, “ils sont payés par Marvel”. C’est vrai qu’on a besoin de ça pour savoir que le film est pas formidable ! La seule vraie explication, c’est que personne chez Warner ne sait quoi faire de cet univers, personne ne comprend les attentes du public et on se contente de copier une formule qui a fonctionné (Les Gardiens de la Galaxie) sans talent et ce, alors même que le film n’avait rien à voir au départ.

 

Reste la meilleure blague du film : Scott Eastwood !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s