Comme une envie de poser des mots sur un acte horrible…

Cet article a été originellement publié au lendemain des attentats du 14 juillet à Nice.

Suite aux évènements tragiques de Nice, j’ai eu envie d’écrire, poser des mots sur une horreur que je ne parviens pas à comprendre. Mais peut-on les comprendre ? Avec des évènements aussi horribles que ceux-là, on peut se demander à quoi ça sert de continuer à lire des comics, activité qui peut sembler futile.

Je pense que c’est très simple, les super-héros sont une source intarissable d’espoir et même dans les séries indépendantes. A guise d’exemple (et de pub, aussi) j’ai écrit un dossier volumineux pour le site DCPlanet sur le run de Scott Snyder sur Batman où il devient un héros porteur d’espoir dans une société minée par le terrorisme et la morosité ambiante.

Le super-héros, c’est la capacité de chacun à se dépasser et à faire face aux épreuves de la vie. Spider-Man, Batman, Green Lantern (Hal Jordan), Robin (Dick Grayson) prouvent comment des êtres peuvent se transcender et dépasser la mort d’un de leurs proches. Cette mort pouvant devenir un moteur pour lutter contre les injustices. Après tout, Bruce ne devient-il pas Batman, en partie, pour empêcher que ce qui lui est arrivé ne se reproduise jamais ?

Cet espoir que nous transmettent les héros. L’espoir de se remettre, de pouvoir dépasser chaque situation pourrie que la vie nous pose là pour nous emmerder. Je pense que si je n’avais pas ces lectures, il serait compliqué d’avancer et de garder l’espoir. Bon, évidemment, il y a d’autres choses qui me font avancer dans la vie (ouf !) mais je me nourris de ce que je lis et cela me permet d’avancer dans ma propre vie et de me construire en tant qu’être humain. Qu’on vienne me dire que les comics sont pour les gosses encore une fois ! Evidemment, cela n’efface pas la douleur (est-ce qu’elle s’efface vraiment ?) mais ça l’allège.

Et je vais même aller plus loin, plus j’avance dans Saga, plus j’y ressent des choses qui me font avancer dans la vie. Le respect de l’autre et de sa différence, la question de l’héritage, la quête d’une paix impossible à obtenir. Brian K. Vaughan est en train d’écrire une œuvre qui restera dans les annales pour la qualité des thématiques qu’elle aborde mais aussi pour le sérieux avec lequel l’auteur les traite. Une œuvre importante parce qu’inscrite dans son temps.

 

La question de l’héritage est aussi importante. Si aujourd’hui je me demande ce que nous allons laisser aux générations futures (et pas seulement à mes possibles enfants), je pense aussi qu’il faut transmettre pour que les valeurs qui nous chères perdurent. C’est un devoir d’éducation et de responsabilité individuelle et je pense que les comics (et les œuvres de culture de manière globale) doivent en prendre conscience. Il ne s’agit pas que tous les comics soient fait de cette manière, après tout, on a toujours besoin d’un truc un peu concon ou décomplexé pour se détendre, mais il me semble important que les auteurs et les éditeurs prennent conscience qu’ils ont une responsabilité. Marvel le comprend très bien et son progressisme le prouve bien. Les choses sont beaucoup plus compliquées chez DC Comics qui, s’il comprend bien la notion d’héritage (du moins l’a-t-il recomprise avec Rebirth), se montre très frileux sur de tels sujets. C’est dommage parce que là encore, c’est important. Quand Marvel fait de Ms. Marvel, une super-héroïne musulmane dans une série écrite par une musulmane pratiquante, c’est un message fort. De même que créer un Spider-Man métisse latino-noir par le prisme de Miles Morales (aka l’un des meilleurs Spidey actuellement, loin devant le pauvre Parker) est important. On sort du cliché du super-héros WASP à la Captain America, lui qui est encore un exemple de progressisme puisque le bouclier a été repris par un afro-américain. Ces exemples sont intégrées dans une narration structurée et porteuse d’un message.

Par contre, je ne dis pas que DC Comics n’essaye pas de faire des efforts. Simplement, chez eux, les exemples de possibles progressismes ressemblent plus à des prétextes qu’à de véritables envies d’avancer socialement. L’exemple le plus flagrant, c’est Simon Baz, Green Lantern musulman dont la situation n’est jamais exploitée. Pourtant, les exemples sont assez anciens chez la Distinguée Concurrence, John Stewart, Green Lantern remplaçant de Hal Jordan, qui est un chômeur noir auquel je pense immédiatement et plein d’autres que j’oublie. Batwoman est l’exemple le plus récent de progressisme chez DC, sa dernière itération date de 2005 et elle est homosexuelle. L’écueil, c’est que le run de JH Williams et W. Haden Blackman s’est fait annulé sauvagement parce qu’ils souhaitaient célébrer le mariage de l’héroïne. Dans le genre progressiste, on repassera !

En fait, si on veut du véritable progressisme, il faut aller voir les indépendants, type Image et, là encore, Saga est une mine d’or de tolérance fournie de personnages victimes de préjugés. Une merveille je vous dis ! De même, on trouve chez Valiant Comics le personnage de Faith, super-héroïne aux rondeurs totalement assumées. Comme quoi, on peut toujours faire preuve d’ouverture d’esprit quand les dirigeants suivent.

Pourquoi je vous fais chier avec le progressisme ? Parce que le cœur du problème dans notre société, c’est que les gens sont enfermés dans des clichés. Faire preuve de progressisme permet de balayer ces clichés même si on se dit parfois que la bataille n’est pas gagnée. Regardez les réactions sur Rey dans Star Wars Episode VII, totalement hallucinantes de conneries alors qu’elle devient une icône pour toute une génération de petites filles. Un personnage badass au féminin qui ose s’affirmer et ne pas se faire tenir la main, ça fait du bien, bordel ! Je parlerai pas non plus des réactions scandaleuses sur le nouveau Ghostbusters, une des actrices s’est cassée de Twitter après deux semaines à se prendre des tweets racistes et sexistes dans les dents. Bien joué, Internet !

Si les œuvres de culture ne font pas preuve de progressisme, la société n’avancera pas. Après, ne nous leurrons pas, les cons feront toujours partie du monde !

 

Cet article est dédié à mon super-héros, mon Batman personnel. Où que tu sois, je sais que tu veilles sur nous tous.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s